Nouveau gouvernement en RDC: l’incarnation de la «rupture»?

En République démocratique du Congo (RDC), au terme d’une très longue attente, le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba a finalement dévoilé cette nuit la composition de son gouvernement, vers 5h du matin, heure de Kinshasa, trois mois après sa nomination et sept mois après l’investiture du président Tshisekedi. Une fois investi par l’Assemblée nationale, ce nouveau gouvernement devra rapidement se mettre au travail. Plusieurs urgences attendent les nouveaux ministres dans les domaines de la santé, de l’éducation et de la sécurité.

Exit les Léonard She Okitundu, Lambert Mende, Emmanuel Ramazani Shadary, Évariste Boshab, Martin Kabwelulu. L’un des enjeux pour le nouveau président congolais Félix Tshisekedi était de ne pas donner l’impression de reconduire le même gouvernement, malgré le nombre très important de ministres FCC – 42 sur 65 – soit 80% de renouvellement revendiqué avec quelques rescapés comme l’ancien vice-président Azarias Ruberwa.

L’ex-patron du Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD) conserve son ministère, la Décentralisation et les Réformes institutionnelles, comme Jean Lucien Bussa au Commerce extérieur. Les ministres Aimé Ngoy Mukena, Steve Mbikayi et Thomas Luhaka changent de portefeuilles.

Gouvernement des « dir’cab »

Cependant, toutes les formations des caciques du régime Kabila sont représentées avec la génération des secrétaires généraux adjoints ou des « dir cab ». Jose Sele était celui de l’ex-Premier ministre Augustin Matata Ponyo. Il est ministre des Finances. Valery Mukasa était celui de l’éternel ministre des Mines, Martin Kabwelulu. Il devient vice-ministre de la Coopération.

On peut nommer aussi que les « jeunes » gouverneurs de l’Est, Julien Paluku et Claude Nyamugabo, mais pas leurs aînés. Il y a donc bien des fidèles dans ce gouvernement, du nouveau comme de l’ancien chef d’État. Mais pas de traître. Les Bahati Lukwebo, Kin Kiey Mulumba et ancien du G7, qui avaient quitté les rangs de la coalition pro-Kabila ces dernières années, ont été écartés du cabinet. Exit également les personnalités considérées comme traîtres à l’UDPS comme Bruno Tshibala ou des figures hostiles au nouveau président du parti présidentiel, comme Jacquemain Shabani.

Rupture ?

Avec ce nouveau gouvernement, le président congolais Félix Tshisekedi s’était notamment fixé comme objectif d’incarner une rupture. Un défi de taille, puisqu’en raison de la confortable majorité qu’il a conservée sur le Parlement, l’ex-président Joseph Kabila rafle quasiment les deux tiers des postes.

Dans sa brève allocution au milieu de la nuit, le Premier ministre a tout de même insisté sur un point : 76,9% des personnalités choisies n’ont jamais participé auparavant à un gouvernement. C’est « la principale » innovation, selon lui. Gage de « changement », même si cela a pu dérouter certains observateurs à l’énoncé de la liste.

Ce renouvellement reste toutefois partiel. Plusieurs anciens ministres de Joseph Kabila figurent dans l’équipe à des postes importants, comme par exemple Steve Mbikayi désormais ministre de l’Action humanitaire, Azarias Ruberwa, qui devient ministre d’État à la Décentralisation, ou encore Aimé Ngoy Mukena, qui hérite de la Défense.

L’ex-président place aussi quelques fidèles lieutenants parmi les nouveaux entrants, comme Célestin Tunda, à la Justice, il était secrétaire général adjoint du PPRD, le parti de Joseph Kabila, ou encore Papy Pungu, une personnalité controversée pour ses positions radicales lorsqu’il était à la tête des Jeunes leaders du PPRD.

Longues tractations

Les tractations ont été longues et difficiles pour parvenir à former ce gouvernement de coalition. En juillet dernier, et après de nombreux tiraillements, Cach et le FCC avaient finalement décidé de se partager les très convoités postes régaliens.

Félix Tshisekedi a obtenu le ministère des Affaires étrangères et décidé d’y placer une femme, Marie Tumba Nzeza, issue de son parti l’UDPS et relativement peu connue. Il hérite également du ministère de l’Intérieur qui revient à Gilbert Kankonde, un fidèle du chef de l’État, jusqu’à présent secrétaire national chargé des relations extérieures de son parti, l’UDPS.

L’UNC de Vital Kamerhe, allié de Felix Tshisekedi au sein de Cach, n’obtient aucun poste régalien à proprement parler même s’il a le Budget. Un poste de vice-Premier ministre est confié à Baudoin Mayo, actuel secrétaire général adjoint de ce parti (UNC).

Quant à l’ex-président Joseph Kabila, il a obtenu de garder la main sur le ministère de la Défense, qui revient à une personnalité déjà plusieurs fois ministre, Aimé Ngoye Mukena. Également aux mains du FCC et tout aussi stratégique et qui a fait l’objet de négociations serrées encore ces derniers jours, le ministère des Finances revient finalement à José Célé Yalaghuli, ancien directeur de cabinet de l’ex-Premier ministre Matata Ponyo.

Ebola, enseignement et sécurité, les grands chantiers à venir

L’un de plus grands défis de ce gouvernement sera la mise en route de la gratuité de l’enseignement de base. Disposition constitutionnelle et surtout promesse ferme de Félix Tshisekedi, cette réforme doit être effective dès la rentrée scolaire de septembre. Il faudra mobiliser environ 2,5 milliards de dollars américains cette année pour payer les enseignants et construire de nouvelles salles de classe. Cette responsabilité a été confiée à Willy Bakonga, nommé ministre d’État en charge de l’Enseignement primaire, secondaire et technique. Promoteur d’école et cadre du PPRD, il avait déjà été deux fois ministre de la Jeunesse et des Sports.

L’autre défi de ce gouvernement est la lutte contre l’épidémie d’Ebola qui sévit dans le pays depuis plus d’une année et qui a causé déjà près de 2 000 morts. Cadre de l’UDPS, le docteur André Eteni Longondo a été nommé ministre de la Santé. Il aura notamment la charge, au nom du gouvernement et en collaboration avec le secrétariat technique piloté par le docteur Jean-Jacques Muyembe de trouver le financement pour le quatrième plan de riposte contre la maladie.

Parmi les urgences, on compte enfin l’insécurité dans l’est de la RDC. Au moins 1 900 personnes ont été tuées par les groupes armés de juin 2017 à juin 2019, dans les provinces du Nord-Kivu et du Sud-Kivu. Dans ce secteur, Gilbert Kankonde, un proche de Félix Tshisekedi, a été nommé vice-Premier ministre, ministre de l’Intérieur et de la Sécurité. Aimé Ngoy Mukena, cadre du parti de Joseph Kabila, a quant à lui été nommé ministre de la Défense.

Share

Sur le même sujet

Leave a Comment