Suède: le «flygskam» fait baisser le nombre de passagers sur des vols intérieurs

Le « flygskam » (la « honte » de voler en avion) voit de plus en plus de voyageurs délaisser l’avion, trop polluant, trop émetteur de CO2, et voyager moins, pour des raisons environnementales. Les chiffres publiés cet été par Swedavia, l’entreprise qui gère les dix principaux aéroports suédois, confirment que cette tendance n’a rien d’anecdotique.

C’est ce qu’on appelle une descente en chute libre. En juillet de cette année, le nombre de passagers qui a transité sur les dix plus grands aéroports suédois, en empruntant des vols intérieurs, a baissé de 11%, en comparaison à juillet 2018. Si l’on prend comme référence la période qui va de janvier à juillet, la baisse était déjà… de 8%.

« Honte » de prendre l’avion

C’est une illustration concrète du flygskam, la « honte » de voler pour des raisons environnementales. Cette tendance, qui profite largement au train, s’est installée durablement parmi les Suédois, très sensibles au changement climatique et à ses conséquences. Du côté de Swedavia, qui gère ces aéroports, on insiste sur le fait que prendre l’avion en Suède va devenir de moins en moins polluant.

Un flygskam regardé avec attention

En 2020, les installations aéroportuaires seront toutes neutres en carbone. En 2025, ce sera aussi le cas de 5% du carburant fourni aux compagnies aériennes. Cela incitera-t-il les Suédois à reprendre l’avion ? On ne le sait pas encore. Mais ce qui se passe dans le royaume nordique est regardé avec attention… par toute l’industrie aéronautique !

Share

Sur le même sujet

Leave a Comment