Le chinois Fosun s’apprête à racheter le voyagiste britannique Thomas Cook

Les discussions sont en cours entre le voyagiste britannique en difficulté Thomas Cook et son actionnaire principal le chinois Fosun, qui pourrait devenir ainsi majoritaire à la faveur d’une recapitalisation de plus en plus nécessaire.

L’annonce du rachat de Thomas Cook par le chinois Fosun ne surprend guère après plusieurs années de grandes difficultés. Le voyagiste historique subit en effet de nombreuses conjonctures en sa défaveur : la concurrence féroce d’internet, des températures chaudes en Europe qui dissuadent l’été les Occidentaux d’aller vers les pays chauds, mais également le couperet du Brexit, qui réapparaît quand les Britanniques songent à voyager sur le continent européen.

La conséquence de toutes ces contingences est criante sur les marchés boursiers avec une action divisée par dix en un an. Pour freiner ce marasme galopant, le voyagiste britannique créé en 1841, a commencé par licencier 320 personnes et fermer 21 agences sur le seul sol anglais, puis a songé à se séparer de sa compagnie aérienne, plus prospère que ses tours opérateurs, afin d’éponger sa dette et de rassurer ses actionnaires.

C’est finalement une autre solution qui semble se dessiner aujourd’hui avec une recapitalisation effectuée par son principal actionnaire, le chinois Fosun qui deviendrait ainsi majoritaire. Déjà propriétaire de Club Med, le chinois Fosun prendrait ainsi le seul contrôle de l’activité de tour opérateur de Thomas Cook.

Selon les termes de l’accord qu’ils s’apprêtent à conclure, Thomas Cook recevrait quelque 750 millions de livres (835 millions d’euros) de liquidités et, en échange, Fosun prendrait « une large majorité de contrôle » dans son activité centrale de tour-opérateur, ainsi qu’« une part minoritaire significative » dans sa compagnie aérienne.

Impossible pour Fosun de s’emparer de la compagnie aérienne Thomas Cook Airlines en raison de l’interdiction pour un non-Européen d’être l’actionnaire majoritaire d’une compagnie aérienne européenne. Les 103 avions de Thomas Cook seraient donc séparés du reste de l’activité.

Share

Sur le même sujet

Leave a Comment