Disparition du vol MH370: les avancées de l’enquête française

La disparition du vol MH370 reliant Kuala Lumpur à Pékin est l’un des plus grands mystères de l’aviation civile. Le 8 mars 2014, le vol disparaît des écrans radars. À bord de l’appareil, 239 personnes. Malgré des recherches dans l’océan Indien, l’épave du Boeing 777 de la compagnie Malaysia Airlines n’a jamais été retrouvée. Dans leurs colonnes, nos confrères du quotidien français Le Parisien dévoilent que les enquêteurs français ont eu accès au dossier et il semblerait que la thèse du suicide du pilote soit privilégié dans l’enquête.

Lorsque le Boeing 777 de la Malaysia Airlines s’est écrasé dans l’océan Indien, il y avait bien quelqu’un aux commandes de l’appareil. D’après le quotidien Le Parisien, le pilote était aux commandes de l’appareil jusqu’à sa disparition.

Dans les cercles très proches des investigations, la thèse du suicide du commandant de bord est la plus plausible. Quelques minutes avant que l’avion ne disparaisse des écrans radars, certains virages anormaux ont été réalisés, une manoeuvre qui ne peut être effectuée que par un pilotage manuel.

Même s’il est trop tôt pour affirmer catégoriquement que c’est le pilote qui était aux commandes, les enquêteurs privilégient cette piste. Le profil du commandant de bord a d’ailleurs été examiné de très près. Mais Zaharie Ahmad Shah, pilote chevronné de 53 ans, ne semble pas avoir un profil suicidaire. La piste terroriste a également été fouillée. Pour l’instant, aucun élément susceptible de confirmer cette thèse n’a été trouvé.

Seule la France enquête encore sur ce mystère de l’aviation civile. La France est compétente puisque trois ressortissants étaient à bord de l’avion. Ghyslain Wattrelos, qui a perdu sa femme et deux de ses enfants dans le crash, et son avocate Maître Marie Dosé ont été reçus au tribunal de Paris pour faire le point sur les récentes avancées de l’enquête, car il y a un peu plus d’un mois magistrats et enquêteurs ont pu auditionner des experts de Boeing.

Les experts de Boeing ont répondu avec précision aux questions des magistrats instructeurs, et ont surtout confié aux magistrats les données brutes d’Inmarsat que nous attendions depuis très longtemps. Nous allons pouvoir comprendre un peu mieux ce qui s’est passé au niveau de la trajectoire de l’avion…

Share

Sur le même sujet

Leave a Comment