Colère de Moscou après les injures lancées par un journaliste géorgien à Poutine

La Russie a réagi avec colère ce lundi à la bordée d’injures lancées en direct à la télévision par un présentateur géorgien au président russe Vladimir Poutine, en pleine crise entre Moscou et la Géorgie.

Dimanche soir, Giorgui Gabounia, un présentateur de la chaîne d’opposition géorgienne Roustavi 2, a entamé son émission hebdomadaire en insultant copieusement en russe Vladimir Poutine. L’incident intervient dans le contexte de la vague de manifestations contre le pouvoir jugé prorusse que la capitale géorgienne, Tbilissi, connaît depuis près de trois semaines.

Les manifestations ont commencé quand un député russe a pris la parole au Parlement géorgien, suscitant un vif émoi dans un pays qui entretient des relations très tendues avec Moscou depuis le bref conflit qui les a opposés en 2008. En réponse à ces manifestations, Vladimir Poutine a ordonné la suspension des vols entre la Russie et la Géorgie, officiellement pour des raisons de sécurité.

Les insultes de Giorgui Gabounia ont provoqué une réaction véhémente des autorités russes. Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, les a ainsi jugées « absolument inacceptables », parlant de « honte pour les Géorgiens ». Les autorités géorgiennes ont elles aussi rapidement réagi, le Premier ministre Mamouka Bakhtadzé qualifiant cette saillie d’« inacceptable ». La présidente Salomé Zaroubachvili a quant à elle dénoncé dimanche une « agression verbale » visant à « diviser » la Géorgie et à « accroître les tensions dans le pays, avec la Russie et dans la région ». La chaîne Roustavi 2 a pour sa part présenté ses excuses.

Des parlementaires russes ont dit lundi envisager de limiter les importations d’eau minérale et de vin géorgiens, des secteurs clés dans ce pays du Caucase, et d’interdire les transferts d’argent entre les deux États, de nombreux citoyens géorgiens travaillant en Russie.

Le président de la Douma, la chambre basse du Parlement russe, Viatcheslav Volodine, a dénoncé une « provocation permanente » destinée à provoquer un conflit avec la Russie. La suspension des vols est entrée en vigueur lundi et la Géorgie étant une destination prisée des vacanciers russes, elle risque de frapper de plein fouet l’industrie touristique de cette ancienne république soviétique du Caucase.

Share

Sur le même sujet

Leave a Comment