Restitution des œuvres d’art au Bénin: la France fait un pas de plus

Paris a accueilli ce jeudi 4 juillet un Forum sur les Patrimoines africains pour réfléchir à une nouvelle coopération. Et pas seulement en matière de restauration de sites archéologiques africains, mais aussi de restitutions, à l’image des 26 œuvres d’art, prises de guerre, que le président Macron s’était engagé à rendre au Bénin. Un dossier épineux, mais symbolique pour les conservateurs du continent. C’est un pas de plus a été fait vers le retour de ces œuvres d’art au Bénin.

127 ans après avoir vu une partie de son patrimoine arraché par le général français Alfred Dodds, le Bénin pourrait bientôt revoir ces 26 œuvres d’art. Franck Riester a ouvert ce Forum sur les Patrimoines africains en affirmant que la France continuait de travailler à ce retour. Il pourrait même intervenir avant que le Parlement ne le valide, avant donc tout vote d’une loi.

Dans l’attente de l’examen d’un texte au Parlement, a déclaré le ministre de la Culture, « ces 26 œuvres doivent pouvoir être vues, admirées et étudiées au Bénin ».

Voir l'image sur TwitterVoir l'image sur Twitter

Institut de France

@InstitutFrance

“Nos musées sont les messagers de l’universel. Nous devons repenser notre relation avec le continent africain c’est pourquoi 26 œuvres rapportées
par le général Dodds en 1898 après la
campagne du Dahomey et conservées au
quai Branly seront restituées au Bénin “ @franckriester

17 personnes parlent à ce sujet

Cette restitution promise par Emmanuel Macron pourrait enfin se concrétiser, plus de sept mois après l’annonce. À l’époque, de nombreux collectionneurs s’étaient insurgés, s’inquiétant de la fin possible de la présence de l’art africain dans les musées français. Une présence importante puisque les musées publics rassemblent à eux seuls pas moins de 90 000 objets d’art d’Afrique subsaharienne. C’est sans compter les oeuvres qui se trouvent dans les musées privés.

D’emblée, le ministre s’est montré rassurant. L’État, a-t-il souligné, n’a « pas vocation à prendre des mesures restrictives concernant les patrimoines africains détenus en mains privées, ni d’en limiter la circulation ou le commerce ».

José Pliya, directeur général de l’Agence béninoise des promotions des patrimoines et développement du tourisme, a demandé à ce que cette restitution ne se fasse pas dans la précipitation.

José Pliya, directeur général de l’Agence béninoise de promotions des patrimoines et de développement du Tourisme

Share

Sur le même sujet

Leave a Comment