États-Unis: interdire l’avortement nuit aux affaires, plaident 187 entrepreneurs

Les dirigeants de près de 200 entreprises américaines emmenés par le patron de Twitter, Jack Dorsey, défendent le droit à l’avortement, menacé dans plusieurs États. Les signataires, emmenés par le patron de Twitter, publient une tribune dans le « New York Times ».

C’est au nom de l’égalité des droits, que les 187 chefs d’entreprises signent leur appel. Ils disent qu’interdire le droit à l’avortement est contraire à leurs valeurs et que cela nuit aussi aux affaires. « Réduire l’accès aux soins liés à la reproduction, y compris à l’avortement, menace la santé, l’indépendance et la stabilité économique de nos employés et de nos clients », écrivent ces patrons, dont celui de Twitter, de l’agence financière Bloomberg ou encore la styliste Diane von Furstenberg et le patron du glacier Ben & Jerry’s. Ils rejoignent certains géants du cinéma, comme Netflix ou Disney, prêts à boycotter les États qui interdisent le droit à l’avortement.

Les milieux économiques étaient jusqu’à présent muets

Jusqu’ici, les milieux économiques étaient restés muets face aux conservateurs qui ont fait voter les lois anti-IVG, notamment dans l’Alabama, la Géorgie, l’Ohio et le Missouri.

L’organisation américaine de défense des libertés civiles s’est réjouie de cette réaction. Même son de cloche du côté des défenseurs du droit à l’avortement. L’association Planned Parenthood qui a déclaré l’état d’urgence pour les femmes dont le droit aux soins aux États-Unis est en train de reculer.

Share

Sur le même sujet

Leave a Comment