Refonte en profondeur du gouvernement gabonais

Le gouvernement est toujours dirigé par le Premier ministre, Julien Nkoghe Bekalé, mais ce dernier est désormais à la tête d’une équipe plus restreinte de 29 membres comme le président Ali Bongo l’avait annoncé dans son discours enregistré de samedi soir. C’est la quatrième fois depuis le mois de janvier que l’équipe gouvernementale est retouchée. Cette fois, le gouvernement est complètement remanié.

La principale surprise provient de l’arrivée du scientifique Lee White, un défenseur de l’environnement d’origine britannique, au ministère de la Forêt, de la Mer et de l’Environnement. Cette nomination fait suite à l’affaire du Kevazingo qui a déjà coûté leur poste à Pierre Claver Maganga Moussavou, le vice-président, et à Guy Bertrand Mapangou, ministre des Forêts, limogés le 21 mai. Cette affaire de trafic de bois précieux fait une autre victime : Estelle Ondo, une ancienne ministre des Forêts dont le nom a été cité dans l’enquête. Quant à Jean-Marie Ogandaga, il perd le ministère de l’Économie pour ne conserver que celui du Commerce.

Retour d’un fidèle

À signaler le retour d’un fidèle parmi les fidèles du chef de l’État : Ernest Mpouho Epigat, ancien ministre de la Défense qui prend l’Habitat. Ce gouvernement est également marqué par une forte présence de proches du directeur de cabinet du président Brice Luccruche Alihanga. Edgar Anicet Mboumbou Miyakou devient ainsi ministre de l’Intérieur, seul ministre d’État.

Une figure montante de la vie politique aux Sports et à la Culture

Alain Claude Bilie By Nzé, une personnalité qui compte, récupère un poste régalien, aux Affaires étrangères. Il est remplacé au ministère des Sports et la Culture, par Franck Nguema, figure montante de la vie politique. Rose Christiane Ossouka Raponda, nommée ministre de la Défense en janvier dernier, conserve son poste.

Share

Sur le même sujet

Leave a Comment