Luxembourg: des solutions innovantes pour une agriculture plus durable

Associer agriculteurs et chercheurs. C’est une des nouvelles approches promues par Bruxelles pour trouver des solutions innovantes à des problèmes concrets. Malgré sa modeste taille, le Grand-Duché ne compte pas rester à la traîne.

Comment venir à bout d’un champignon qui ronge les vignes ou éviter qu’une petite bête décime chaque année des colonies d’abeilles ? C’est à ce genre de défis que sont confrontés les cultivateurs, viticulteurs ou apiculteurs luxembourgeois.

Pour y répondre, le petit pays a lancé plusieurs projets bâtis sur le modèle des Partenariats européens pour l’innovation (PEI-Agri), une approche initiée par l’UE depuis 2014 dans le cadre de sa politique de développement rural (deuxième pilier). L’idée : faire travailler main dans la main chercheurs et acteurs de terrain pour faire germer des innovations afin de répondre à des problèmes concrets et rendre l’agriculture plus productive et plus durable.

Le pari, explique-t-on à l’unité recherche et innovation de la Direction générale de l’agriculture à Bruxelles : en plaçant les agriculteurs au centre des projets dès le départ, éviter les problèmes d’« adoption ».

« Nous appliquons le mécanisme du PEI, mais sans les financements de l’UE », précise Marc Weyland, le directeur des services techniques du ministère de l’Agriculture du Grand-Duché. Par manque de capacités administratives, le pays a fait le choix de ne pas utiliser les subventions européennes dans ce cadre. C’est donc l’État qui soutient la dizaine de projets en cours, à hauteur de 400 000 euros.

Zoom sur trois de ces projets innovants.

Cultiver le colza autrement

Le jaune ondule au gré des modestes vallons de l’est du Luxembourg. Nous sommes dans les champs pilotes du projet EFFO (« Effiziente Fruchtfolgen », rotation des cultures efficaces) comme l’indique un panneau. Ici, on essaie de trouver des méthodes alternatives pour le désherbage du colza. Plus loin, on teste d’autres cultures (blé, pois, lin, orge, etc.) pour essayer d’espacer les rotations de colza.

Tout est parti d’un accident. En 2014, un tracteur luxembourgeois transportant des litres de produit phytosanitaire sort de la route et déverse sa cargaison dans une rivière. L’événement donne un coup de projecteur sur le métazachlore, un herbicide largement utilisé dans les champs de colza.

« C’est devenu un problème national et un sujet politique », raconte Alain Majerus, de la Chambre d’agriculture, qui s’occupe des cultures et des traitements sur le projet. Le Luxembourg Institute of Science and Technology (LIST) qui se charge des analyses et le lycée technique agricole du volet communication. Dans la foulée de l’accident, des tests sont organisés et les résultats sont sans appel : on retrouve cette matière active partout dans le pays ; elle pollue les sources fournissant l’essentiel de l’eau potable. Les premières mesures tombent : interdiction d’utiliser le désherbant dans les zones de protection des eaux du Luxembourg. Ailleurs, les quantités autorisées sont limitées.

Il fallait donc prendre le taureau par les cornes. D’autant que le Luxembourg s’est engagé dans un plan visant à réduire de moitié l’utilisation des produits phytopharmaceutiques d’ici 2030. « L’idée c’était d’agir du milieu agricole pour trouver des solutions à ce problème et pouvoir continuer à cultiver le colza », souligne Alain Majerus.

Surtout que cet « or jaune » n’a pas que des défauts : il donne de l’huile, sert de fourrage pour les animaux. La plante est aussi très importante dans la rotation des cultures et les abeilles raffolent de ses fleurs.

Les essais ont déjà permis de se rendre compte qu’en se passant de traitement au métazachlore, la récolte restait bonne. D’autres adjuvants semblent plus déterminants. « C’est une petite surprise pour moi », avoue Alain Majerus, lui-même exploitant, qui reste très prudent : il faudra voir avec le recul des années.

« L’intérêt avec ces champs, c’est que les agriculteurs se disent qu’ils peuvent vraiment faire ça chez eux », explique-t-il. Mais le risque, selon lui, c’est aussi qu’ils se disent que le colza est devenu une culture trop compliquée, et qu’ils s’en détournent. Le conseiller agricole balaie du regard les champs jaunes alentours : « Tout ça, c’est du conventionnel ». Le changement ne se fera pas sans un soutien financier aux agriculteurs.

Sélectionner des « super abeilles »

Pour Paul Jungels, 61 ans, la génétique est une passion. Mais quand, en 1994, l’apiculteur de Brandenbourg, dans le nord-ouest du pays, a commencé à sélectionner pour les élever des abeilles capables de se débarrasser d’un redoutable acarien qui parasite les ruches, certains l’ont pris pour un fou. « Un chercheur allemand m’a dit que c’était comme faire une sélection de moutons résistants aux loups », se souvient-il.

Le varroa est un des pires ennemis des productrices de miel, « plus que les pesticides utilisés dans l’agriculture, commente l’expert. Il est arrivé d’Asie dans les années 1980 et j’ai remarqué que certaines ruches étaient moins touchées que d’autres. Du coup, j’ai commencé à sélectionner à chaque fois les colonies les moins touchées. Et les ruches les plus résistantes se sont multipliées. »

Ces abeilles ont effet hérité d’un caractère naturel appelé « Varroa Sensitive Hygiene (VSH) » qui leur permet de détecter le parasite et de l’éliminer pour enrayer sa multiplication.

« La sélection, c’est quelque chose de fastidieux, mais c’est une méthode vraiment durable. Alors que les apiculteurs classiques ont parfois 10%, voire 30% de pertes pendant l’hivernage, nous sommes à moins de 1% », se félicite Paul Jungels. Des statistiques qui font des envieux. Depuis trois ans, avec le projet HSV-LU, il a pu faire essaimer sa méthode auprès de ses collègues apiculteurs. Aujourd’hui, après la récolte d’août, cinq groupes luxembourgeois s’attellent à sélectionner les abeilles dites VSH.

« On a même les premières ruches qui n’ont plus besoin d’être traitées contre le varroa car elles sont 100% résistantes », assure-t-il. Et la conséquence c’est aussi moins de résidus de produits chimiques dans son miel aux arômes de pissenlit.

Surveiller les vignes depuis le ciel

En ce mois de mai, dans les vignobles de la Moselle luxembourgeoise, l’heure n’est pas à fête. « Près de 50% de la récolte est perdue à cause des gelées », estime Serge Fischer, le chef du service viticulture de l’Institut viti-vinicole (IVV). Mais c’est à un autre fléau que les chercheurs du LIST et de l’IVV s’attaquent : l’esca, un champignon qui ronge les ceps jusqu’à entraîner leur mort.

« Aujourd’hui, dans un cépage comme le gewurztraminer, on peut dire que 30% des vignes sont affectées », souligne Serge Fischer. « L’esca est devenu une menace économique de plus en plus en grande parce qu’il s’étend très vite, explique Miriam Machwitz, chercheuse au LIST»

Depuis cette année, la chercheuse spécialisée en télédétection coordonne donc le projet MonESCA (« Monitoring esca »), lancé en partenariat avec l’IVV et avec le soutien du ministère de l’Agriculture, de la Viticulture et du Développement rural. L’enjeu est d’inventorier les pieds touchés, et ce même quand les symptômes ne sont pas encore visibles par l’oeil du viticulteur. Comment ? Grâce à des drones équipés de différentes caméras (hyperspectrale, infrarouge, thermique).

Cartographier les champs d’année en année et rendre les données scientifiques accessibles aux professionnels de la vigne via un logiciel de visualisation. « Comme ça, les viticulteurs pourront voir exactement où il y a des ceps infectés et sains, s’il y a des changements d’une année sur l’autre, si la maladie est en train de se développer », précise Miriam Machwitz.

En parallèle, diverses techniques de taille seront expérimentées dans les six vignes mises à disposition (cinq classiques et un champ de test de l’IVV) afin de voir si elles peuvent influer sur le développement du champignon. « L’intérêt c’estqu’au vu de toutes ces informations, on puisse adapter la gestion » de sa vigne, souligne la porteuse du projet.

Si elle s’avère prometteuse, cette technique pourrait bien voler au secours des viticulteurs d’autres pays européens.

Reportage réalisé avec le soutien de l’Union européenne / Direction générale de l’Agriculture et du Développement rural de la Commission européenne.

Share

Sur le même sujet

Leave a Comment