Complément d’enquête: La bamboula de la famille présidentielle dénoncée

Durant notre investigation auprès des maliens sur la corruption au Mali, plusieurs organisations de la société civile malienne dénoncent l’implication de la famille présidentielle dans des scandales financiers. Pour certains acteurs, le Président de la République, Ibrahim Boubacar Keita est le premier corrupteur et corrompu du pays.

Car, se défendent-ils, il est impliqué ainsi que son fils, Karim Keita, dans plusieurs détournements d’argent public. Selon certaines indiscrétions, en 5 ans, plus de 92 milliards de francs Cfa auraient été illégalement transférés par le Président de la commission défense de l’Assemblée nationale malienne, Karim Keita.

Au Mali, on parle de la famille présidentielle comme celle corrompue ayant totalement la mainmise sur toute la manne financière du pays. Il s’agit des contrats d’armement surfacturés à l’achat d’avion en passant par les hydrocarbures. De nombreux journaux du pays assurent que l’ombre de Karim Keita plane sur ces affaires de corruption qui ont valu au Mali la suspension des aides budgétaires des bailleurs internationaux. Pour cause, plusieurs milliards ont disparu des comptes de l’Etat malien.

Les investigations révèlent que Karim Keita et sa maman ont acquis plusieurs biens immobiliers à l’ACI 2000, un des quartiers huppés et d’affaires de la capitale malienne, Bamako.

Par ailleurs, le président de la commission de défense de l’assemblée nationale du Mali fait trembler les ministres de la république par son pouvoir de faire ou de défaire leur carrière. Selon plusieurs sources, après l’ACI 2000, la famille présidentielle s’est lancée dans des achats boulimiques d’immeubles et de villas à Dakar.

Plus précisément, aux Almadies en bordure de mer de la capitale sénégalaise. Si l’on se fie aux révélations, Karim a acheté 12 luxueuses résidences dont le prix de chacune est estimé à plusieurs centaines de millions de francs Cfa.

La Rédaction

Share

Sur le même sujet

Leave a Comment