Le jihadiste Mehdi Nemmouche transféré en France

Mehdi Nemmouche, condamné en mars dernier en Belgique à la réclusion à perpétuité pour la tuerie du Musée juif de Bruxelles, a été transféré mercredi en France. Il a été placé en détention provisoire à la prison de Meaux-Chauconin, à l’est de Paris. Le jihadiste doit être entendu dans l’affaire des journalistes otages en Syrie en 2013-2014.

Mehdi Nemmouche a été condamné à la réclusion à perpétuité pour l’attentat au Musée juif de Belgique le 24 mai 2014 dans lequel 4 personnes sont mortes.

Mais il doit désormais faire face à la justice française pour l’enlèvement et la séquestration de quatre journalistes français (Didier François, Edouard Elias, Nicolas Hénin et Pierre Torres) lorsqu’il était en Syrie dans les rangs de Daech. Les quatre journalistes ont d’ailleurs témoigné en février dernier sur la personnalité du jihadiste âgé de 34 ans qu’ils avaient surnommé le « Cogneur ». Mehdi Nemmouche était selon eux le plus sadique des gardiens.

Mehdi Nemmouche a jusqu’à présent exercé son droit au silence aussi bien pour l’attentat du Musée juif de Belgique que pour son rôle présumé de geôlier en Syrie, mais son avocat français, Francis Vuillemin, se fait fort, cette fois, de l’amener à parler :« Quand on aborde son dossier, celui des journalistes otages en Syrie, pour lequel il est poursuivi en France, il n’exprime pas de revendication ou de position politique par rapport aux faits qui lui sont reprochés, par rapport à son itinéraire des dernières années avant son incarcération. Je ne sais pas si Mehdi Nemmouche est dans la défense de rupture. Je n’en sais rien puisqu’il ne fait, jusqu’à présent, qu’opposer son droit au silence. Ce que je sais, c’est que, dans le cadre de la défense dont j’ai la charge en France, je vais faire l’effort de le conduire à parler, à s’exprimer. Je veux qu’il parle. Parce que c’est son intérêt. Parce que c’est quelqu’un qui, en dépit de la gravité sans limite des faits qui lui sont reprochés, a des choses à dire sur ce qu’a été sa vie, depuis l’enfance jusqu’à sa situation carcérale actuelle. C’est quelqu’un qui a beaucoup de choses à dire sur son itinéraire ».

Dans une ultime provocation, avant que le jury ne délibère à Bruxelles, Nemmouche avait juste déclaré «la vie continue».

Share

Sur le même sujet

Leave a Comment