DIPLOMATIE SÉNÉGALAISE : LE PARADIS PERDU DU PREMIER AGE

Point n’est besoin d’user d’un lange diplomatique pour faire observer que le Sénégal a, depuis quelques années, perdu du terrain sur la scène internationale.
Le nombre impressionnant de chefs d’Etat et de gouvernement à Dakar, présentement, pour assister, demain à la prestation de serment de Macky Sall ne peut pas masquer cette réalité qui nous empêcha de mettre un des nôtres à la tête de l’Union africaine en 2017.
Paradoxalement, nous avons acquis nos lettres de noblesse en cette matière dans un contexte économique défavorable, alors que nous n’avions pas besoin de pétrole et de gaz pour imposer notre leadership.
Nous sommes loin de ce temps-là, quand Léopold Sédar Senghor réussit à réconcilier le roi Hassan II et Mokhtar Ould Daddah de la Mauritanie. Ce qui déboucha sur le traité du 8 juin 1970 entre les deux pays. Il y a quelques heures, dans ces colonnes, j’ai rappelé le rôle historique joué par Dakar, qui a endossé la cause palestinienne au lendemain de la guerre du Kippour.
Le poète-président, qui contribua à libérer les pays africains sous domination portugaise, sauva aussi le Nigéria de la sécession biafraise, en menant le combat sur le terrain diplomatique.
Des Sénégalais comme Cheikh Fall (Air Afrique), Babacar Ndiaye (BAD), Amadou Makhtar Mbow (UNESCO) faisaient la fierté du jeune Etat indépendant aux quatre coins du monde.
En l’espace de deux ans, sous Abdou Diouf (à la pointe du combat contre l’Apartheid en Afrique du Sud), Dakar abrite les sommets de la Francophonie(1989) et de l’OCI (1991).
Le Président Wade a posé des pas de géant pour la concrétisation de l’unité africaine, à travers le NEPAD, surtout et pour la résolution de certaines crises. Seule ombre au tableau : on lui prête d’avoir apporté une caution africaine à l’attaque contre Kadhafi en 2011.
L’an passé, les plus grands dirigeants de ce monde, du Chinois Xi Jinping à Emmanuel Macron, en passant par Merkel, Erdogan, ont visité Dakar.
Pourquoi cette frénésie de voyages vers notre pays, alors que nous avons, me semble-t-il, cessé d’être cette « puissance diplomatique » ?

Share

Sur le même sujet

Leave a Comment