Venezuela: Nicolas Maduro appelle à son tour à manifester samedi

Devant un parterre de militaires réunis à côté de la tombe d’Hugo Chavez, mardi, pour célébrer le sixième anniversaire de la mort de son prédécesseur, le président vénézuélien a lui aussi convoqué une grande manifestation, samedi 9 mars, comme l’avait fait l’opposant Juan Guaido la veille lors de son retour triomphal.

Nicolas Maduro s’est exprimé pour la première fois mardi depuis le retour de Juan Guaidorapporte notre correspondant à Caracas, Benjamin Delille. Mais le président vénézuélien n’a toujours pas réagi à cette entrée triomphale de son rival au Venezuela, lui d’habitude si prompt à l’invective. Il n’a rien dit non plus sur une possible arrestation de Juan Guaido alors qu’il avait répété la semaine dernière que l’opposant devrait « rendre des comptes » à la justice.

Le chef de l’Etat a assuré qu’il allait battre « cette opposition folle qui ne représente qu’une minorité ». Et pour cela, il a convoqué une « manifestation anti-impérialiste » ce samedi, comme à chaque fois que l’opposition prévoit de se mobiliser. Il a aussi appelé à ce que les femmes vénézuéliennes manifestent leur soutien au gouvernement la veille, tout en précisant que des annonces importantes seraient faites en fin de semaine.

Ce nouveau bras de fer se jouera aussi autour des fonctionnaires. Le secteur public est souvent très mobilisé dans les manifestations pro-gouvernementales, par peur d’être licencié selon l’opposition. Celui qui s’est autoproclamé président par intérim a tenté de les rallier mardi en se réunissant avec les principaux syndicats. Il rêve à terme de les pousser à la grève générale, mais surtout de les voir manifester à ses côtés ce samedi. Une double manifestation qui promet une nouvelle bataille d’images entre les deux présidents.

Une nouvelle candidature de Maduro « serait un cadeau »

Interrogé mardi en conférence de presse à Washington sur une nouvelle candidature de Nicolas Maduro à une future élection présidentielle pour mettre fin à la crise politique au Venezuela. « Ce serait un cadeau », a ironisé l’émissaire américain pour le Venezuela Elliott Abrams, tant selon lui le dirigeant socialiste est impopulaire, « autour de 10% à 15% de soutien ». « La décision reviendra in fine aux Vénézuéliens », a-t-il estimé. Il a également déclaré que les Etats-Unis maintenaient la pression sur le régime de Nicolas Maduro et a lancé un appel aux militaires vénézuéliens.

« La politique américaine est de soutenir la démocratie au Venezuela et de soutenir le président par intérim Juan Guaido. Nous mettons une pression significative sur le régime de Nicolas Maduro, une pression économique avec par exemple les sanctions sur le pétrole, une pression sur les membres du régime avec les sanctions imposées par le Trésor sur certains individus, la révocation de visas ; nous avons révoqué les visas pour les Etats-Unis de 59 personnes, il va y en avoir plus, a rappelé Elliott Abrams. Nous exhortons tous les Vénézuéliens à soutenir le président par intérim Juan Guaido et nous soutenons en particulier son appel aux militaires. Les militaires vont avoir un rôle important dans le futur du Venezuela, c’est quelque chose que nous leur disons : il est temps pour eux de se lever pour défendre la Constitution, la loi, et contre ces gangs armés qui sont déployés et promus par le régime Maduro. »

Share

Sur le même sujet

Leave a Comment