Le roi espagnol Felipe VI au Maroc pour soigner les bonnes relations

Le roi Felipe VI d’Espagne et son épouse la reine Laetizia sont en déplacement officiel au Maroc mercredi 13 et jeudi 14 février. Cette visite, prévue depuis 2016 et reportée à plusieurs reprises, vise avant tout à célébrer les termes d’une relation bilatérale toujours plus étroite entre le royaume chérifien et la péninsule ibérique.

Visites des tombeaux des souverains chérifiens, passage au Salon du livre, entretiens entre rois et signatures de conventions… Si cette visite d’Etat se veut protocolaire et culturelle, le forum économique organisé par les organisations patronales semble bien être la grand-messe visant à fêter des relations économiques toujours plus florissantes entre Madrid et Rabat. Avec ses 14,5 milliards d’euros d’échanges annuels avec le Maroc, l’Espagne a ravi à la France le titre de premier partenaire commercial de l’ancien protectorat.

Et il faut dire que cette visite intervient à moment particulièrement favorable. Mardi, la nouvelle mouture de l’accord de pêche Maroc-Union européenne a permis le retour d’une cinquantaine de navires espagnols dans les eaux marocaines, y compris celle du Sahara occidental.

Voir l'image sur TwitterVoir l'image sur TwitterVoir l'image sur TwitterVoir l'image sur Twitter

Casa de S.M. el Rey

@CasaReal

Firma de acuerdos bilaterales. Viaje de Estado a Marruecos. http://www.casareal.es/ES/Actividades/Paginas/actividades_viajes_detalle.aspx?data=820 

146 personnes parlent à ce sujet

La présence du couple royal est aussi l’occasion d’illustrer la proximité de vue des deux pays en matière de gestion migratoire. L’Espagne a été le pays en tête des Etats membres à défendre l’augmentation de l’aide financière européenne au Maroc.

Enfin, en contournant discrètement l’épineuse question de la rétrocession réclamée par le Maroc des enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla depuis des décennies, l’Espagne annonce par un geste symbolique la cession du théâtre Cervantes de Tanger, un joyau architectural détenu jusqu’alors par Madrid, qui aujourd’hui, en ruine, devient propriété du royaume chérifien.

Share

Sur le même sujet

Leave a Comment