Portugal: le Premier ministre réquisitionne des infirmiers pour casser la grève

Le ton monte entre le gouvernement portugais et les infirmiers en grève. Le Premier ministre Antonio Costa a qualifié la grève en cours de « sauvage » et « totalement illégale ». La réquisition d’infirmiers, une mesure exceptionnelle, a été décrétée ce jeudi 7 février pour casser le mouvement.

Avec notre correspondante à Lisbonne,  Marie-Line Darcy

Le Premier ministre Antonio Costa avait menacé les infirmiers, il vient de les réquisitionner. Ces infirmiers sont en grève pour la deuxième fois en deux mois. Une grève ciblée, concentrée dans les blocs opératoires de sept hôpitaux.

De fin novembre à fin décembre 2018, la première grève du même genre dans cinq hôpitaux avait conduit à l’annulation de 8 000 opérations non urgentes.

De plus, les infirmiers ont organisé un financement participatif pour soutenir leur action. Ils ont réuni quelque 800 000 euros. Là encore, une situation inédite qui perturbe y compris dans le camp syndical qui voit lui échapper ses prérogatives.

Excédé, le Premier ministre portugais a qualifié la grève de « sauvage » et d’« inconsciente ». La réquisition est prévue par la Constitution de 1974, mais elle reste exceptionnelle, rare.

Les négociations avaient pourtant repris, les infirmiers ont obtenu la création de trois échelons hiérarchiques, mais rien sur les salaires bloqués depuis dix ans. Un sujet qui fâche et qui conduira l’ensemble de la fonction publique à débrayé le 15 février prochain.

Share

Sur le même sujet

Leave a Comment