Présidentielle en RDC: la publication des résultats provisoires est imminente

La République démocratique du Congo (RDC) est dans l’attente de la proclamation des résultats de la présidentielle ce 9 janvier 2019 à 23h heure locale. Les journalistes accrédités ont été invités à se rendre au siège de la Commission électorale (Céni), toujours en plénière, à Kinshasa, la capitale.

Les résultats provisoires de la présidentielle en République démocratique du Congo (RDC) doivent être publiés ce mercredi 9 janvier 2019 à 23h heure locale, selon le président de la Commission électorale (Céni), Corneille Nangaa.

Sonia Rolley

@soniarolley

: @CNangaa @cenirdc vient d’annoncer aux confrères dans la salle, début de la publication vers 23h @RFI

202 personnes parlent à ce sujet

La compilation n’est pas terminée partout, notamment dans les territoires en conflit du Nord-Kivu, le Rutshuru et le Masisi par exemple, dans l’est du pays. A Uvira, au Sud-Kivu, la commission électorale vient de terminer ses travaux et promet de publier les procès-verbaux des résultats demain matin.

A Mbandaka, dans la province de l’Equateur, au nord de la capitale Kinshasa, les témoins de l’opposition ont refusé de signer le procès-verbal final, estimant que le document présenté, vierge, n’était pas conforme à la loi.

Le président de ce centre local de compilation voudrait que les témoins apposent leur signature sur un document vierge qui ne contient aucun chiffre, aucun résultat.

Présidentielle en RDC: Blanchard Mongomba, le candidat et porte-parole de la coalition Lamuka à Mbandaka, où les témoins ont refusé de signer le procès-verbal

Ne pas « ramener la RDC en arrière »

La plénière de la Céni et son secrétariat exécutif national doivent tout vérifier : les procès-verbaux des bureaux de vote comme ceux des résultats compilés par circonscription. Ils ont démarré leurs travaux hier.

Un journal congolais titre «Le prochain président de la RDC, c’est lui» sur une devanture, le 9 janvier 2019. © REUTERS/Baz Ratner

En attendant, les principales missions d’observation de la société civile, celle de l’Eglise catholique, des protestants et la Symocel [Synergie des missions citoyennes d’observation électorale], ont publié un communiqué conjoint, un appel à la Commission électorale à ne publier que les résultats issus des urnes.

On a incité les candidats qui seraient lésés par les résultats provisoires à ne pas inciter à la violence mais à recourir aux voies du droit. Le peuple congolais a fait la demande d’être vigilant et pacifique.

Présidentielle en RDC: l’abbé Donatien Nshole, secrétaire général de la Conférence épiscopale du Congo (Cenco) au sujet de son appel commun avec les missions d’observation de la société civile

Il s’agit aussi d’un appel aux candidats à faire preuve de fair-play politique pour les perdants. Ces observateurs nationaux disent sentir une agitation croissante et craindre que cette proclamation débouche sur une situation qui « ramènerait la RDC en arrière ».

Sonia Rolley

@soniarolley

: l’appel @CENCO__RDC, ECC, @symocel aux candidats et à @cenirdc. Les missions nationales notent « une agitation grandissante » du peuple et disent craindre de déboucher sur une situation « qui ramène la RDC en arrière »

103 personnes parlent à ce sujet

Délais

La proclamation des résultats était prévue pour le dimanche 6 janvier, ce qui paraissait déjà très court aux observateurs au vu des délais nécessaires pour acheminer les bulletins et les procès-verbaux des plus de 70 000 bureaux de vote vers les un peu plus de 170 centres de compilation des résultats. Pour certains, des plis sont encore arrivés hier en provenance des bureaux de vote.

Hier, un membre du bureau de la Commission électorale soulignait qu’au Congo, on n’avait jamais atteint les 100% de bulletins compilés. En 2011, les résultats avaient été proclamés alors que le taux de compilation n’avait atteint que les 89,28%.

Dans les rangs de la société civile et de l’opposition, plusieurs voix s’élevaient déjà ce soir pour dénoncer un délai dans cette proclamation qui servirait à négocier la victoire de l’un ou l’autre des candidats. Les trois principaux candidats, Emmanuel Ramazani Shadary, Martin Fayulu et Felix Tshisekedi revendiquent tous la victoire.

Share

Sur le même sujet

Leave a Comment