Pour mettre fin au conflit intercommunautaire qui rend la cohésion sociale difficile : Les cadres de Bankass organisent un forum les 8 et 9 janvier 2019

Les cadres ressortissants du cercle de Bankass prennent le destin de leur localité en main. Après des séries de rencontres à Bamako, des missions de sensibilisation sur le terrain (Bankass), ils organisent, demain mardi et mercredi, un forum à Bankass et à Dialassagou. Avec comme thème : « Sécurité-Dialogue-Réconciliation-Paix –Développement »,  l’objectif de cette rencontre de deux jours, c’est de se donner la main pour la paix et faire en sorte que les communautés Dogon et Peulh puissent vivre dans une parfaite entente comme elles ont su le faire depuis des siècles .Des élus nationaux, locaux, officiers de l’armée à la retraite, chefs de villages … prendront part aux travaux de ce forum.

En tous cas, de telle initiative est salutaire pour mettre fin à l’insécurité grandissante au centre du Mali.

Assemblée nationale du Mali : les députés  SADI refusent d’y siéger après l’expiration de leur mandat

Comme on pouvait s’y attendre de sa part, l’honorable Oumar Mariko, député élu à Kolondieba, non moins président du parti SADI et tous les autres élus nationaux de son parti ont décidé de ne plus participer aux activités de l’Assemblée Nationale du Mali. L’annonce a été faite à l’occasion de la présentation des vœux du Nouvel An par le président du parti.  Les raisons de cette décision saluée par bon nombre de Maliens : s’opposer à la prorogation du mandat des députés qui viole la loi fondamentale malienne. Pour  l’ancien leader estudiantin et ses collègues, le mandat des députés a pris fin le 31 décembre 2018. Donc, à partir de cette date, l’Assemblée nationale du Mali est illégale.

L’on se rappelle aussi  que le parti Sadi a pris la même décision en 2012 suite à la prorogation du mandat des députés.

Enlèvement de Siabou TOGO

Les syndicats signataires du 15 octobre 2016 condamnent cet acte et invitent le gouvernement à l’action

Le 22 décembre dernier, Siabou TOGO, enseignant de Législation Morale et Administrative (LMD) à l’école fondamentale de Dia a été enlevé par des individus armés non identifiés alors qu’il se rendait à  Tenenkou pour les congés. Cet acte ignoble associé au mutisme et à l’inertie de l’État face à ladite situation a été condamné par les signataires du 15 octobre qui se disent être inquiets face au sort de leur collègue. Les syndicats recommandent l’implication de l’État afin qu’il y ait non seulement une suite favorable, mais aussi pour soulager les souffrances des cœurs meurtris face à cet acte ignoble.

Massacre de 37 personnes à Koulogon Habé/ Bankass : la CNDH condamne et invite le gouvernement à assumer ses  responsabilités

La Commission nationale des Droits de l’Homme (CNDH) a, dans un communiqué en date du 02 juin,  condamné les massacres perpétrés le 1er janvier  à Koulogon Habé, cercle de Bankass,  qui ont causé  la mort de 37 personnes, dont des femmes et des enfants.

Elle estime que ces crimesdirigés contre une communauté nationale sont inadmissibles et invite le Gouvernement à assumer pleinement ses responsabilités dans la protection des personnes et de leurs biens sur l’ensemble du territoire national à travers le désarmement sans délai des milices.Ce n’est pas tout,Me Malick Coulibaly invite le gouvernement à engager  les autorités judiciaires compétentes à faire entreprendre des enquêtes impartiales, crédibles, transparentes et incisives en vue de poursuivre et juger toute personne impliquée dans ces crimes.La commission sollicite une plus grande implication de la MINUSMA et des forces partenaires du Mali dans la protection des populations civiles.

Massacre à Koulogo 

Le président de la République effectue une visite surprise

Vendredi 4 janvier 2019, le président de la République du Mali, Ibrahim Boubacar Kéita, s’est rendu à Koulogo dans le cercle de Bankass où une attaque meurtrière causant la mort de 37 personnes dont des femmes et des enfants  a eu lieu le 1er janvier 2018. Il était accompagné par plusieurs membres de son gouvernement dont  le ministre de la Solidarité et de l’action humanitaire,  et des députés du cercle de Bankass. Le but de ce déplacement était de venir en aide aux familles victimes de ces massacres et rassurer ainsi les populations de tout l’accompagnement de l’État. Le chef de l’Etat s’est aussi rendu à la tombe des victimes.

 Front social en ébullition :

Difficile démarrage des négociations entre l’UNTM et le gouvernement

Suite à son préavis de grève d’avertissement de 72 heures allant du mercredi 9 au vendredi 11 janvier 2019, les négociations ont démarré entre le gouvernement et la principale centrale syndicale du Mali, UNTM, le vendredi dernier. Cette rencontre s’est tenue dans une atmosphère un peu difficile si nous savons la méfiance entre ces syndicalistes et le ministre du Travail et de la fonction publique chargé des Relations avec les institutions qu’ils accusent de soutenir le camp de Khefing Kanté. Une attitude que les syndicalistes qualifient comme une technique de sabotage de leur mot d’ordre. Toutefois, les syndicalistes restent déterminés et convaincus que rien ne pourra éviter ce mot d’ordre si ce n’est la prise en compte des 12 points  de leur revendication. Rappelons que l’UNTM entend également boycotter la conférence nationale qu’organise le gouvernement afin de plancher sur tous les points mentionnés.

La grève de faim des cheminots se poursuit :

Le gouvernement SBM toujours  insensible !

Depuis le 18 décembre 2018, les cheminots ont entamé une grève de la faim juste après leur rencontre, un jour avant,  avec les représentants du  gouvernement. Le but de cette grève : réclamer le paiement de 9 mois d’arriéré de  salaire à l’État. Lors de leur rencontre avec les autorités, celles-ci leur avaient proposé le paiement de seulement deux mois. Offre qu’ont déclinée les syndicalistes qui trouvent que cette somme ne pourra même pas servir à rembourser les dettes contractées. 21 Jours de grève de la faim, beaucoup sont parmi ces travailleurs qui ont été évacués à l’hôpital, la plupart restent affaiblis pendant que le gouvernement fait l’indifférent en jouant au malin.

La Rédaction

Share

Sur le même sujet

Leave a Comment