Noël à Treichville: Musulmans et Chrétiens se rassemblent au Buisson Ardent pour faire la fête


Ici, c’est la Maison de Dieu. Pas besoin de faire des distinctions entre les gens surtout qu’il s’agit d’une occasion de réjouissance pour enfants . Alors que les églises et autres oeuvres chretiennes, de façon générale organisaient des cérémonies adressées à leurs enfants, l’Eglise Évangélique Buisson Ardent, Temple la Grâce de Treichville ouvrait ses portes aux enfants de tous horizons,habitant l’Avenue 21 et au-delà de sorte à partager l’Amour du Christ en cette période de festivités durant laquelle beaucoup de familles vulnérables sont dans l’incapacité de combler les attentes en cadeaux de leurs enfants.
Outre les membres de l’école du Dimanche de cette église , estimés à une cinquantaine de gosses, ce sont plus de 150 enfants du quartier, qui se sont joints spontanément à leurs camarades pour vivre ensemble la joie de la Noël. En tête du comité d’accueil , le Pasteur Emmanuel, Pasteur principal de cette communauté, qui sans sourciller,encourage tous les gamins désireux de recevoir un cadeau à franchir le seuil de l’église. Parmi ces enfants, des musulmans, des catholiques, des célestes, enfin…Ce soir-là, l’appartenance religieuse importait peu. Puisque, le Dieu des chrétiens, le Seigneur Jésus-Christ, le recommandait lui-même dans l’Évangile de St Mathieu, 19v14  »Laissez les petits enfants, et ne les empêchez pas de venir à moi; car le royaume des cieux est pour ceux qui leur ressemblent. » Une fois à l’intérieur, il devient difficile de faire la différence entre enfants, membres de l’église et ceux venus d’ailleurs. C’est comme si les gosses avaient l’habitude de se côtoyer. Seulement, s’il s’agit de passer du bon temps en ce jour de célébration de la Nativité, l’occasion semble idéale pour servir de prétexte à une évangélisation subtile. D’où des prestations de l’école du Dimanche dont les enfants interpréteront des chansons et reciteront des versets de la Bible choisis à dessein par les moniteurs. Chaque mot avait son sens, et chaque phrase parlait à l’âme.
Pour ceux de l’intérieur, c’était un peu une compétition,mais pour les visiteurs, le message touchait au cœur. C’est ce que nous expliquait Mme SOBO Eliane, monitrice (Encadreur) à l’ECODIM,  »changer année, nous organisons cette fête, mais cette année, on a essayé d’ajouter quelques chose pour apporter un plus ». Tout ceci grâce à une volonté acharnée de poursuivre l’excellence, ce qui a d’ailleurs amené le Pasteur à impliquer ses moniteurs et monitrices dans des formations. Pour l’heure, le résultat est assez satisfaisant, comme le révèlent les propos de cette monitrice qui se félicite de l’impact qu’ont ces prestations sur les gamins du quartier qui en sont  » épatés ». Au terme de cette soirée, notons que, selon les statistiques officielles de l’église, l’on peut estimer le nombre de récipiendaires à un peu plus de 200 enfants.
Raoul MOBIO

Share

Sur le même sujet

Leave a Comment