COP24 en Pologne: «Ne pas trahir les générations futures»

« Ne pas trahir les générations futures » c’était le message de la deuxième journée de la conférence des Nations unies pour la lutte contre le changement climatique (COP24). Celle-ci se tient à Katowice, en Pologne et doit permettre d’établir les règles d’application de l’accord de Paris, visant à limiter le réchauffement de la planète. La Banque mondiale a d’ores et déjà annoncé une mobilisation de 200 milliards de dollars à partir de 2021 pour s’engager dans cette lutte contre le changement climatique. Et lors de cette deuxième journée, certains invités exceptionnels ont tenu également à faire part de leur engagement en faveur de la planète.

L’ancien gouverneur de Californie, Arnold Shwarzenegger, était l’invité surprise de la COP24 en Pologne. Il a qualifié les énergies fossiles de « mal absolu ». Mais il a surtout rappelé que, si Donald Trump s’était retiré de l’accord de Paris, ça n’était pas le cas de tous aux Etats-Unis : « Si vous regardez au-delà de Washington, vous verrez qu’il y a des Etats et des villes avec des gouvernements locaux, qui contrôlent 70% de nos émissions de gaz. Et vous verrez le travail extraordinaire qui est fait au niveau local aux Etats-Unis. Les Etats et les villes sont toujours dans l’accord de Paris. »

Initiatives individuelles à l’honneur

Ces initiatives locales mais aussi individuelles étaient d’ailleurs à l’honneur lors de cette deuxième journée de la COP24. De son côté, le journaliste et scientifique britannique David Attenborough n’était pas seulement venu annoncer le pire : « Actuellement, nous faisons face à un désastre causé par l’homme à l’échelle mondiale. La plus grande menace depuis des millénaires : le changement climatique. Si nous n’agissons pas, l’effondrement de nos civilisations et l’extinction d’une grande partie de la nature sont proches. »

« La place du peuple »

Il a présenté à Katowice l’initiative intitulée « La place du peuple » pour que chaque citoyen du monde entier prenne part à la COP24 et s’inscrive également à la messagerie Facebook interactive de l’ONU, « actnow.bot », afin de montrer aux dirigeants du monde que les citoyens sont conscients qu’ils ont également un rôle à jouer.

Share

Sur le même sujet

Leave a Comment