«Un Amour impossible»: Corsini filme les combats des femmes

« Un amour impossible » s’inspire du roman autobiographique de Christine Angot. Elle y raconte la relation toxique entre sa mère Rachel (jouée par Virginie Efira) et son père (Nils Schneider), et comment celui-ci, à partir de l’adolescence, l’a abusée sexuellement. La réalisatrice Catherine Corsini signe un film puissant.

C’est l’histoire d’un immense amour qui se termine par une immense trahison. Rachel, jeune et naïve dactylo de Châteauroux, rencontre Philippe dans les années cinquante. C’est un brillant jeune homme, issu d’une famille de la grande bourgeoisie parisienne. Quand Rachel tombe enceinte, il prend la fuite, refuse de reconnaitre l’enfant, mais continue à la voir, sans rien lui laisser espérer.

Virginie Efira et Nils Schneider forment un couple de cinéma captivant. Elle lumineuse, lui cynique et manipulateur. De leur amour naîtra Chantal, élevée par sa mère et finalement détruite par ce père présent en pointillé, qui abuse d’elle à chacune de ses visites.

L’inceste, comme une chape de plomb

L’inceste est au cœur du roman de Christine Angot. Dans le film, il est traité par ellipse, mais pèse comme une chape de plomb.

Dans le roman, paru en 2015, Angot racontait le parcours de sa mère, avec admiration, mais en butant sur cette question : comment a-t-elle pu ne rien voir ? Cette question, le film ne tente pas non plus d’y répondre.

Au-delà de l’inceste, Un Amour impossible est une histoire de secrets, de combats personnels, de construction de soi-même, de résilience. Il revêt une dimension sociale, politique et féministe, aussi. A travers Rachel, Corsini raconte à sa manière l’histoire des femmes. L’histoire d’une relation mère-fille, preuve magnifique de ce que l’amour, ne fut-il que maternel et filial, reste toujours possible.

Share

Sur le même sujet

Leave a Comment