Ressources naturelles: L’alerte de Alioune Tine

La gestion des ressources naturelles du Sénégal a été au cœur des débats ce mardi, lors du panel organisé par Afrikajom. Rencontre lors de laquelle les participants ont fait un plaidoyer pour un dialogue inclusif sur les questions nationales relatives aux «défis et opportunités de la gouvernance transparente, équitable, inclusive et respectueuse de l’environnement».

Le président d’Afrikajom, Alioune Tine, estime que c’est la bataille pour le contrôle des recettes nationale des ressources nationales du pétrole qui amène la malédiction du pétrole. «On peut se retrouver avec la situation du Tchad où le gouvernement peine à payer les salaires, parce que les gens on laissé l’élevage, l’agriculture et la pêche», dit-il. Alioune Tine a déclaré que l’objectif d’Afrikajom est de ne pas laisser ces questions entre les mains des experts et que les contrats ne soient pas aussi l’affaire de l’administration seule.

« On parle du forum de la sécurité à Dakar. En réalité nous travaillons sur les symptômes, sur les manifestations les plus tragiques, les plus catastrophiques que sont les guerres. C’est une façon pour nous de contribuer au forum de paix et de la sécurité de Dakar. Car aucun pays africain n’est à l’abri de la malédiction du pétrole et des ressources.», indique M. Tine.

Embouchant la même trompette, Pr Chérif Salif Sy estime que pour éviter le syndrome hollandais, il ne faut pas que l’apparition de la ressource tue les secteurs qui amorcent déjà leur développement. «Il faut être très vigilant et savoir retrouver  l’équilibre avec ce qui existait, ce qui est porteur d’avenir et ceux qui sont en cours d’exploitation», a-t-il martelé. Avant d’jouter qu’il faut aussi « bien identifier les problèmes possibles, qui peuvent survenir à travers une étude et   être capables de faire une prospective, impliquer les collectivités à la base, éduquer la population et mettre des structures de veille et surtout de sauvegarde de l’environnement et de la santé des populations».

Ainsi, Afrikajom compte mettre en place un plan d’action pour informer largement les populations à travers des campagnes de sensibilisation pour éviter l’image de Kédougou où les gens sont extrêmement pauvres alors qu’ils sont accroupis sur de l’or.

Share

Sur le même sujet

Leave a Comment