A Jérusalem, un téléphérique très décrié

Le téléphérique de Jérusalem, un projet du ministère israélien du Tourisme pour relier le Mur des Lamentations à Jérusalem-Ouest a reçu l’aval des autorités de planification. Mais le projet est très critiqué.

Soixante-treize cabines, 15 pylônes énormes et un trajet de moins de 1,5 km. A raison de 3 000 passagers par heure, le téléphérique reliera l’ancienne gare de Jérusalem transformée en centre commercial à un bastion de la droite nationaliste israélienne à Jérusalem-Est, à deux pas du Mur des Lamentations et de l’Esplanade des Mosquées. Il passera au-dessus de la Vallée de Hinnom pour faire escale au Mont Sion, avant de survoler le village palestinien de Silwan.

La commission israélienne de planification nationale a donné son feu vert et décrété qu’il s’agissait d’un projet de haute priorité. Mais la procédure minimise les objections du public. « Nous ne pensons pas que des villes historiques comme Jérusalem doivent avoir des projets de téléphériques, explique Yonatan Mizrahi, qui dirige Emek Shaveh, une ONG israélienne opposée au projet. Il s’agit d’un projet politique pour connecter les avant-postes des colons, notamment à Silwan, avec la partie occidentale de Jérusalem et transférer les visiteurs directement aux centres touristiques des colons. »

Les nombreux détracteurs qualifient le projet de loufoque. L’Association des architectes et urbanistes d’Israël et d’autres personnalités critiquent un « Disneyland mal pensé » qui défigurera la Vieille Ville de Jérusalem, classée au patrimoine mondial par l’Unesco. La mise en service du téléphérique est prévue pour 2021.

Share

Sur le même sujet

Leave a Comment