Emmanuel Macron entame son «itinérance mémorielle» à Strasbourg

Emmanuel Macron a entamé dimanche soir 4 novembre à Strasbourg son « itinérance mémorielle » pour commémorer le centenaire de l’armistice de la Première Guerre mondiale, qui doit durer une semaine et se terminer à Paris le 11 novembre.

Le président français a assisté à un concert dans la cathédrale de Strasbourg en compagnie du président de la République fédérale d’Allemagne Frank-Walter Steinmeier. Une première séquence symbolique et culturelle avant d’entrer dans le vif du sujet en se rendant dans les lieux emblématiques de la Première Guerre mondiale, mais aussi en allant à la rencontre des Français à un moment où les sujets de mécontentement s’accumulent.

Six jours en immersion dans la France profonde, l’exercice est périlleux pour Emmanuel Macron. D’autant que depuis la rentrée, sa popularité est en chute libre.
Alors pour préparer le terrain, le chef de l’Etat a accordé une interview à la presse quotidienne régionale de l’Est et du Nord dans laquelle il aborde les questions qui fâchent du moment. A commencer par celle du pouvoir d’achat qui provoque la grogne des Français.

« Mieux vaut que la colère s’exprime plutôt qu’elle se garde », affirme Emmanuel Macron qui dit comprendre les « doutes », la « colère », « l’impatience » des Français et explique : « Je les respecte et je ne dis pas comme par le passé : souffrez en silence, ça va aller mieux. »

Le chef de l’Etat aborde aussi la situation de l’usine Ascoval menacée de fermeture et affirme qu’il peut y avoir « un avenir pour le site ». Il profite encore de cette interview pour répondre à Xavier Bertrand, le président de la région des Hauts-de-France, dans laquelle il va se rendre durant son itinérance, et qui l’accuse d’être dans le « déni ». Emmanuel Macron rétorque : « Il y a beaucoup de gens qui se voient un destin national, qui sont dans l’opportunisme. Moi, je ne suis pas dans la démagogie, je suis dans l’action ».

Dans l’action et dans la mémoire, car selon lui tout est lié. C’est ce qu’il va essayer de montrer durant une semaine sur les routes de l’Est et du Nord.

Share

Sur le même sujet

Leave a Comment