Grand-Lahou /Social : La FRACIM redonne le sourire à l’orphelinat

Grand-Lahou /Social : La FRACIM redonne le sourire à l’orphelinat

On s’imagine un peu ce que ça aurait donné s’il n’avait pas été au séminaire ! Dès son arrivée à l’orphelinat de Grand-Lahou ce Samedi 27 Octobre 2018, c’est de façon tout à fait naturelle que les pensionnaires de ce centre social, situé sur le littoral Ivoirien se rassemblent autour du Père Gilles César DOGOUA, trahissant la complicité systématique qui existe entre l’Abbé et les tout-petits. Pour la cinquième fois cette année, la Fraternité des Amis du Cœur Immaculé de Marie (FRACIM) a tenu à faire montre de générosité envers la petite enfance en offrant des dons en nature à ce centre géré par l’ONG Les Amis du Sourire.

Cette remise de dons qui a fait l’objet d’une cérémonie organisée dans la sobriété que requiert l’événement, a été l’occasion pour la direction de cet orphelinat de rappeler les difficultés quotidiennes liées à la prise en charge de ces enfants dont l’âge varie de 0 à 15 ans. Entre autres difficultés évoquées, le manque de moyens financiers, ou encore  l’insuffisance de produits pharmaceutiques. Frappée par ce geste de bonne volonté qui vient combler pour quelques semaines les besoins vitaux de l’orphelinat, la Présidente de l’ONG et première responsable du centre, Mme N’ZI a salué ‘’ce combat d’ensemble qui reste un sacerdoce pour le bien-être des enfants’’. Remontant aux origines de la création de ces deux structures qu’elle dirige, Mme N’ZI a rappelé que cette activité obéit à une vocation qui a commencé à prendre forme depuis 2002 alors qu’elle venait d’être affectée à Grand-Lahou en tant qu’agent des services postaux. Avant qu’elle n’ouvre  ce centre en 2014, année de son départ à la retraite, c’est tout son salaire qu’elle investissait dans la prise en charge des orphelins et autres enfants abandonnés que lui confiait l’hôpital.

Face à une telle détermination, le Père Gilles César, Fondateur de la fraternité s’est dit ‘’heureux de se retrouver à Grand-Lahou pour donner à ces enfants d’être heureux’’. 300.000 FCFA, c’est la valeur globale de ces dons composés de produits de première nécessité, dont des sacs de riz,, des pâtes alimentaires, des fournitures scolaires et bien d’autres.

Raoul MOBIO

Share

Sur le même sujet

Leave a Comment