Treta et les enjeux de sa présidence du RPM

Octobre 2016 – Octobre 2018. Il y a deux ans jour pour jour, le Rassemblement Pour le Mali tenait son 4è congrès ordinaire au Palais de la culture Amadou Hampaté Ba. On se rappelle que lesdites assises avaient suscité grand intérêt pour un rendez-vous moult fois reporté sans doute pour éviter un péril évident qui guettait le parti présidentiel.

Mais pour le plus grand bonheur des Tisserands, le combat des titans pressenti n’aura pas lieu, tant l’étoile du Secrétaire général sortant surplombait celle de ses concurrents. Bokary Treta était désigné pour ne pas dire nommé au poste du président du RPM pour conduire les destinées d’un parti à la croisée des chemins avec une cascade d’écueils qui jalonnaient son parcours et que le congrès n’avait pas forcément dissipés : déficit de conviction et la convoitise des rapaces, entre autres. C’est dire que le président du parti majoritaire avait hérité d’une kyrielle d’enjeux, dont le défi de faire réélire IBK en 2018 et d’assurer l’onction politique pour ce faire pendant les deux années restantes du premier quinquennat. Sur les épaules de Tréta ne repose pas moins la responsabilité de renforcer les structures du parti pour préparer l’héritage d’IBK.

Deux années après, le constat est que le RPM aura juste réussi à ajourner l’inévitable destin de disparition, quoiqu’avec le mérite d’avoir accomplie sa mission historique : dix ans dans l’opposition et dix ans au pouvoir. Impuissants, des militants et militantes RPM se demandent si leur formation politique à encore un avenir. Est-ce parce que son président n’a pas su imposer son leadership au sein de son équipe ?

La Rédaction

Share

Sur le même sujet

Leave a Comment