Affaire Mediascope: Sophia Chikirou et LFI contre-attaquent

Première conférence de presse commune des avocats de La France insoumise, jeudi 25 octobre 2018. David Marais, l’avocat de Sophia Chikirou, s’exprimait pour la première fois après l’audition de sa cliente par la justice. Il plaide qu’il n’y a eu aucun dysfonctionnement de la part de Mediascope, la société de Sophia Chikirou.

David Marais l’affirme : dans cette campagne, Mediascope n’a rien surfacturé. Pour s’en persuader, il suffit, dit l’avocat de Sophia Chikirou, de comparer les factures aux prix du marché. Et si Mediascope a été choisie et intégrée à l’équipe de campagne, précise-t-il, c’est que tel était le choix du candidat Jean-Luc Mélenchon.

« Une campagne, ça se vit 24 heures sur 24, sept jours sur sept, et il fallait donc que les communicants soient au cœur du réacteur de cette campagne. Et puis, si la société Mediascope a été choisie, c’est évidemment parce que sa directrice est Sophia Chikirou et que Sophia Chikirou est l’une de nos meilleures communicantes politiques françaises », argumente David Marais.

« Au-delà de ça, ajoute-t-il, le candidat s’entoure de gens en qui il a confiance et dont il respecte les compétences. Même nos principaux détracteurs aujourd’hui reconnaissent que la communication menée par Mme Chikirou a été l’une des meilleures communications de la campagne présidentielle. Donc, cette confiance, cette compétence, elles sont aujourd’hui je pense incontestées et incontestables. »

Sophia Chikirou n’était ni décisionnaire, ni trésorière ; seulement prestataire, soutient son avocat, assurant que dans cette campagne tout a été très encadré, très contrôlé.

Share Button

Sur le même sujet

Leave a Comment