Air France: un accord enfin trouvé sur les salaires

Le bras de fer aura duré de longs mois entre la direction et les syndicats de la compagnie aérienne, qui exigeaient des revalorisations salariales. Avec des grèves coûteuses et pénalisantes pour les voyageurs.

Le ciel semble se dégager au-dessus d’Air France. Ce vendredi après-midi, l’ultime proposition de la direction a été validée par une majorité de syndicats représentatifs du personnel : 2% d’augmentation pour tous les salariés cette année, 2% supplémentaires l’année prochaine.

L’accord proposé par la direction a été signé par les syndicats CFE-CGC/Unac, CFDT, FO/SNPNC, Unsa Aérien et Spaf, a annoncé l’entreprise dans un communiqué, précisant que « ces organisations représentatives représentent 76,4 % des suffrages exprimés aux dernières élections ». L’accord « est donc valide et pourra être mis en oeuvre ».

« Je ne sais pas si on peut considérer ça comme une victoire parce qu’une victoire qui arrive après 15 jours de grève qui ont coûté 350 millions à l’entreprise, je ne sais pas si on peut parler de victoire. En tout cas, on est sortis, semble-t-il, d’une crise sur les rémunérations, se réjouit Christophe Dewatine, secrétaire général du syndicat CFDT. Maintenant que cette situation est passée, regardons et travaillons sur le projet de l’entreprise, travaillons et attendons de voir ce que Monsieur Smith [Benjamin Smith, directeur général du groupe Air France-KLM] a comme projet pour relancer la confiance de nos clients et donner aux salariés une perspective et une pérennité sur leurs emplois pour l’avenir. »

Les pilotes n’en ont pas fini

Les pilotes du Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL), eux, ont refusé de signer l’accord. Ils veulent en plus des augmentations spécifiques pour les pilotes.

« Les pilotes se battent pour des augmentations qui comptent deux volets. Un volet d’augmentation générale – c’est l’objet de l’accord proposé par la direction. Il y avait [aussi] un volet catégoriel de mesures spécifiques pilotes qui, elles, sont toujours en cours de négociation. Les discussions ne se sont pas arrêtées, mais elles n’ont pas encore abouti », précise Philippe Evain, président de la SNPL.

Non signataire, le SNPL n’envisage pas néanmoins d’entamer un nouveau mouvement de grève. « Ce n’est pas du tout d’actualité pour l’instant », affirme Philippe Evain.

Share

Sur le même sujet

Leave a Comment