Amadou Djigué débouté de nouveau par le Tribunal de la Commune II

L’opérateur économique Amadou Djigué vient une fois de plus d’être débouté par le Tribunal de grande instance de la Commune II, lors de son jugement du 20 novembre dernier, suite à la demande d’annulation de son bien immobilier (il s’agit d’un Immeuble, objet du Titre Foncier N°19 945, situé à la Zone Industrielle) dans le contentieux qui l’oppose avec la Bsic-Mali pour non-paiement d’une créance de plus d’un milliard de Fcfa. Auparavant, ledit immeuble avait été adjugé à la Bsic-Mali pour un montant de 1,5 milliard de nos francs par…

Share
Read More

“Il est lamentable que le Mali soit un grand pays de producteur de fibres de coton et qu’il n’y ait pas d’industries de transformation et de commercialisation qui suivent”

Sur la production du coton au titre de la campagne cotonnière 2019 de la Cmdt, Baba Berthé (Pdg Cmdt) dira que l’objectif de la campagne réunit un certain nombre de conditions. Il a rappelé qu’au Mali le coton n’est pas irrigué, mais fluvial. Et si le coton n’est irrigué, on peut lui apporter tous les éléments à l’exception de l’eau. Il a révélé que, cette année, la Cmdt a été très ambitieuse dans le plan de campagne élaboré qui prévoyait 800 000 tonnes de coton. A ses dires, il n’est…

Share
Read More

Amadou Haya Sanogo et ses coaccusés entament leur 7ème année de détention provisoire

Amadou Haya Sanogo et ses coaccusés entament leur 7ème année de détention provisoire Pour deux affaires judiciaires distinctes de présumés auteurs de perte en vie humaine, mais connexes, une poursuite unilatérale sans jugement qui frise la prise d’otage. Dernier trimestre 2013, dernier trimestre 2019, six ans révolus, Amadou Haya Sanogo et des compagnons d’infortune entament leur septième année de détention punitive, pardon provisoire. Ils sont tous militaires et paramilitaires non actifs, bloqués dans leurs grades de 2013, sans avancement dans la hiérarchie, privés de justice équitable, de procès et surtout de…

Share
Read More

La paix, dites-vous ? Stop au tintamar

Le Gardien de la paix, la justice de paix avec son juge de paix ! En voilà des expressions qui nous semblaient bien ambiguës parce que, pour moi, enfant en ce temps-là, je me demandais bien comment et pourquoi la paix devait-elle être jugée. Pourquoi aussi devait-on lui chercher des gardiens. Fils d’un ancien juge de paix, qui intervenait presque toujours pour régler des conflits, j’ai donc grandi avec cette idée que “Gardien de la paix” et “juge de paix” n’étaient que contresens. Le Gardien de la paix désignait l’Agent de police armé et…

Share
Read More

Boutiques en construction sur le parking de la mairie de la Commune III : Transformées en maisons de prostitution et de nids de brigands, la population exige leur démolition

La décision de concession du parking par la mairie de la Commune III pour la construction des boutiques de recasement des commerçants du Marché rose avait été désavouée par les riverains, les travailleurs et les usagers de la mairie de la Commune III et les populations de Ouolofobougou. Construits mais inachevés, les magasins sont devenus des maisons de passe et des nids de brigands. Raison pour laquelle les populations et les riverains exigent leur démolition. Les magasins construits à la va-vite pour recaser les commerçants du Marché rose sont devenus…

Share
Read More

Sénégal-Marché de l’eau : Trois jours de grève à la Sde

Les travailleurs de la Sénégalais des eaux (Sde) ont décrété un mot d’ordre de grève de 72 heures, à partir de lundi prochain. « Nous avons demandé aux travailleurs de rester chez eux », souligne Baba Ngom, coordonnateur de l’intersyndicale’ des travailleurs. Cette décision s’explique par le refus de l’Etat d’attribuer 15% des actions aux travailleurs qui sont actuellement à 5%.

Share
Read More

LITIGE FONCIER À NDIAGANIAO : BABACAR NGOM SEDIMA ACCUSÉ DE VOULOIR FAIRE MAIN BASSE SUR 80 HA

 «Les populations des villages du Sandock (Ndiaganio) ont manifesté, hier, pour dire non à l’accaparement de leurs terres. Elles accusent Babacar Ngom de la Sedima et l’homme d’affaires Pape Maël Fall de vouloir leur arracher respectivement 80 et 15 hectares sans leur aval. Venues des villages de Sessene, Sanghaye, Diarao, Soussoung…, elles se sont rendues sur le site avant d’être déguerpies par les gendarmes. Six personnes ont été appréhendées par la suite, mais les populations jurent tous les saints que Babacar Ngom et Pape Maël Fall passeront sur leurs cadavres…

Share
Read More

Irak: quel scénario après l’annonce de la démission du Premier ministre Mahdi?

Le Premier ministre irakien Adel Abdel Mahdi, un indépendant sans base ni partisane, ni populaire, a annoncé qu’il allait démissionner, vendredi 29 novembre. À quoi faut-il s’attendre désormais ? En Irak, la contestation a pris un tournant politique vendredi. Le Premier ministre a finalement annoncé qu’il allait démissionner après deux mois de contestation violemment réprimée. La déclaration d’Adel Abdel Mahdi est survenue quelques heures seulement après que le grand ayatollah Ali Sistani, l’homme le plus écouté du pays, ait demandé au Parlement de lui retirer sa confiance. Selon notre correspondante à Bagdad, Lucile Wassermann, il s’agit d’une…

Share
Read More

Tchad: débat sur l’éventuel envoi de troupes dans le fuseau central du G5 Sahel

La classe politique est divisée sur un éventuel déploiement de troupes tchadiennes dans le fuseau central du G5 Sahel. Les militaires ont été sollicitées pour renforcer Barkhane et faire face aux attaques répétées des mouvements jihadistes au Sahel. C’est dans la zone des trois frontières, Burkina Faso, Mali et Niger que les troupes tchadiennes pourraient être déployées. Si aucune annonce officielle n’a encore été faite, la majorité présidentielle salue cette éventualité. « Si nous ne déployons pas nos troupes dans des pays africains frères, il ne faut pas que les Tchadiens…

Share
Read More

Algérie 41e vendredi de manifestation pour dire «non» à la présidentielle

41e vendredi de mobilisation, pour les manifestants, en Algérie. Dans la capitale, comme dans d’autres villes du pays, une foule s’est mobilisée une nouvelle fois.À moins de deux semaines de la présidentielle, ils ont continué à dire « non » au scrutin du 12 décembre. « Il n’y aura pas de vote ». Tel était le mot d’ordre des manifestants, à Alger. A moins de deux semaines de la présidentielle, la mobilisation ne faiblit pas. Les contestataires continuent de s’opposer à la tenue du scrutin organisé par les autorités de transition, qu’ils considèrent comme…

Share
Read More