EDM-SA : une structure qui manque de professionnalisme et qui souffre d’une mauvaise gestion

Energie du Mali (EDM-SA) est le principal fournisseur d’électricité au Mali. Il écrit fièrement sur les factures d’électricité des clients que son budget est d’une trentaine de milliards de F CFA. Pourtant, la structure manque de presque tout. Elle peine à faire face aux besoins même les plus élémentaires de ses clients. Ce qui est révoltant, c’est l’absence de la simple connexion permettant aux agents de travailler convenablement. Face à la gravité de la situation, la question est de savoir  où va donc tout l’argent recouvré par EDM-SA ? Selon…

Share
Read More

Tracasseries routières au Mali : Des comportements malsains de nos forces de sécurité dénoncés par nos expatriés

Malgré la possession de la carte consulaire, des Maliens de l’extérieur sont forcés par nos forces aux postes frontaliers au paiement d’une somme allant de 1000 à 2000 F CFA sans reçu. Ce comportement déplorable de certaines forces de l’ordre et de sécurité commence à agacer nos compatriotes vivant à l’étranger. Pour réduire les tracasseries routières dans la zone Uémoa, les autorités des différents pays membres ont décidé de prendre de nouvelles mesures. Parmi celles-ci, la directive n°8/2005CM/Uémoa du 16 décembre 2005, la décision n°15/2005/CM/Uémoa du 16 décembre 2005 portant…

Share
Read More

Fonction publique : l’Etat prévoit de recruter 8.676 jeunes en 2019

L’information a été donnée par le ministre de la Jeunesse, de l’Emploi et de la Construction citoyenne, porte-parole du gouvernement, Amadou Koïta, lors de son briefing hebdomadaire, le jeudi 31 janvier, au CIGMA. Mercredi 30 janvier 2019, le conseil des ministres s’est réuni à Koulouba en session ordinaire sous la présidence du président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta. Plusieurs projets de textes et décrets ont été examinés et approuvés. Le premier projet de texte a été présenté par le ministre de la Défense et des Anciens combattants. Il est…

Share
Read More

Trois actions clés pour sécuriser le processus de maintien de la paix au Mali

De nombreux dysfonctionnements mettent en danger l’opération de maintien de la paix mené par la Minusma sur le territoire malien. Trois actions prioritaires permettraient d’y remédier. Placer l’armée malienne au cœur de la stratégie de contre-insurrection, aux côtés de la population, pour isoler les Groupes Armés Terroristes. 2. Renforcer la collaboration opérationnelle entre les autorités maliennes et la Minusma pour sécuriser durablement le théâtre des opérations. 3. Rétablir les institutions sécuritaires et judiciaires au niveau de l’Etat pour protéger la population d’elle-même. La Minusma aura notamment permis : de poursuivre…

Share
Read More

Accord pour la paix et la réconciliation : une camisole de force

Les seize points qui rendent l’accord de paix et de la réconciliation illégitime et inapplicable dans le cadre de l’Etat unitaire. L’Avenant stipule que les doléances rebelles non inscrites dans l’Accord du 15 mai «seront prises en compte dans le cadre de l’application de l’Accord». En réalité, quiconque examine les 16 nouvelles exigences rebelles acceptées par le Mali se rend aisément compte qu’aucun gouvernement malien ne peut les exécuter, sauf à se mettre immédiatement à dos tout le reste du peuple. Or, justement, les rebelles le savent et font d’une…

Share
Read More

Mondial 2022 : Une société commune entre la FIFA et le Qatar

La FIFA va créer une société commune avec le Qatar afin de renforcer le contrôle et la planification de l’organisation du Mondial 2022. La FIFA va créer une société commune avec le Qatar. Son but ? Renforcer le contrôle et la planification de l’organisation du Mondial 2022 (21 novembre – 18 décembre). L’instance détiendra 51 % de cette société commune, alors que les 49 % restants seront détenus par un comité d’organisation local. Les conditions des travailleurs immigrés au Qatar restent « difficiles » La création de cette société commune…

Share
Read More

‘’Opération coup de poing’’ ou opération coup d’éclat ?

Le taux d’insécurité dans la capitale malienne a pris une ascension fulgurante. Des assassinats multiples et braquages en plein midi sont devenus monnaie courante. Bamako est sous la terreur et la population vit la peur au vendre. Vu l’extrême gravité de la situation, certains ont réclamé la démission  du ministre de la Sécurité et de la Protection civile, Général Salif Traoré, qui était dans l’obligation d’agir. Une rencontre d’urgence avec tous les responsables de la sécurité a été ainsi convoquée. Une commission a été mise en place pour pallier l’insécurité.…

Share
Read More

À Me Abdoulaye Wade, soutenez Idy et sauvez votre peuple (Par Sheikh Alassane Sène)

« Assumer l’histoire, quelle qu’elle soit » Abdoulaye Wade Honorable père, l’honneur m’échoit de vous adresser cette lettre pour vous rendre les vœux conférés à votre illustre rang d’homme d’Etat sage, altruiste, profondément panafricain, doté d’une fine intelligence. Le Sénégal vous écoute. Chaque sénégalais dans son intime conviction pense vous devoir reconnaissance. Et à juste titre. Vous avez donné votre jeunesse, votre carrière, votre vie, à notre nation. Vous vous êtes élevé par votre  glorieux parcours au statut d’icone politique africaine, au même rang que Mandela. Je voudrais à travers…

Share
Read More

Gouvernance chaotique- Insécurité : Grand meeting à l’appel de Mahmoud Dicko le dimanche prochain à Bamako

Avant d’annoncer la tenue du meeting prévu le 10 février au stade du 26 mars, Mahmoud Dicko s’était montré plus rassembleur lors de ses dernières sorties publiques. Le président du Haut conseil islamique du Mali(HCIM) reste persuadé que les gouvernants se sont détournés du droit chemin, mais le meeting programmé à Bamako sous la présidence de l’imam Bouyé Haidara de Nioro vise une seule chose : donner aux Maliens l’initiative de leur destin politique. Le président du Haut conseil islamique entend peser de tout son poids pour que toutes les…

Share
Read More

Madagascar: les sénateurs entérinent la loi de gouvernance par ordonnances

Quelques jours après les députés, les sénateurs ont eux aussi entériné le projet de loi permettant au nouveau président de la République de légiférer par voie d’ordonnance jusqu’à la mise en place de la nouvelle Assemblée nationale. Récit d’une matinée étonnante. Jusqu’au dernier moment, face au ministre de l’Intérieur, les sénateurs qui le souhaitent vantent les mérites du projet de loi déléguant le pouvoir de légiférer au chef de l’Etat ou, au contraire, alertent leurs collègues quant aux dispositions très floues du texte. Puis vient l’heure du vote, à main…

Share
Read More