Dialogue ! Quel dialogue ? Pour quoi faire et pourquoi seulement maintenant ? (Par Mody NIang)

Après des décennies de participation au débat public, l’analyste Mody Niang a décidé de ranger sa plume et de ne plus faire de sortie médiatique. Ce retrait, il l’avait annoncé lui-même avant la présidentielle. « Mais, suite à l’interpellation de nombreux parents et amis pour me dire qu’ils attendaient de me lire ou de m’entendre après le 24 février (comme si j’étais le seul à devoir écrire ou intervenir dans les médias audiovisuels), je leur explique ici mon choix, à eux comme à d’autres qui ont les mêmes attentes. » Mais même…

Share
Read More

Du dialogue politique au Mali : La grande illusion des acteurs politiques

« Parler du Mali », tel fut l’objet de la rencontre du 26 février entre le président Ibrahim Boubacar Keita (IBK) et le chef de file de l’opposition SoumailaCissé. Une première rencontre tant attendue au regard des tensions socio-politiques que le Mali traverse. Le début d’un dialogue politique qui répond également aux attentes de la communauté internationale. Cependant, la forme de la rencontre, en particulier, sa surmédiatisation n’a-t-elle pas relégué au second plan les vraies questions de fond ? En quoi ce dialogue est-il un préalable à l’impératif d’action pouvant…

Share
Read More

Tragédie du Centre : Adame Ba Konaré dénonce… les crimes

Dans une publication, Adame Ba Konaré, ancienne première dame et marraine de l’association Tabital Pulaaku internationale, dénonce les crimes perpétrés contre les communautés peuhs. Pour moi, il s’agissait d’ancrer les communautés peules encore mieux dans des cadres étatiques soucieux d’harmonie sociale entre l’ensemble de leurs citoyens regroupés dans une communauté de destin. Les ethnies, au Mali, n’ont jamais été séparées par des cloisons étanches. Il y a peu d’aires au Mali où les Peuls ne sont pas cohabitants avec d’autres ethnies. Dans notre cas précis, cela est vrai pour les…

Share
Read More

Le Mali a besoin de se confesser… (2ème partie) : … Restaurons la confiance !

Le Mali des présidents Modibo Keïta, Alpha O. Konaré, Amadou T. Touré, Dioncounda Traoré et de Ibrahim B. Keïta est affaibli aujourd’hui au Nord, il est méconnaissable au centre et le sud est bien chancelant. Un accord pour la paix a été signé pour trouver une solution à la crise du nord, un accord qui ne fait pas l’unanimité. Certes un accord n’a jamais été parfait, mais un accord doit circonscrire le problème et ne doit pas créer des difficultés plus graves. Celui du Mali divise plus qu’il ne réconcilie.…

Share
Read More

À Me Abdoulaye Wade, soutenez Idy et sauvez votre peuple (Par Sheikh Alassane Sène)

« Assumer l’histoire, quelle qu’elle soit » Abdoulaye Wade Honorable père, l’honneur m’échoit de vous adresser cette lettre pour vous rendre les vœux conférés à votre illustre rang d’homme d’Etat sage, altruiste, profondément panafricain, doté d’une fine intelligence. Le Sénégal vous écoute. Chaque sénégalais dans son intime conviction pense vous devoir reconnaissance. Et à juste titre. Vous avez donné votre jeunesse, votre carrière, votre vie, à notre nation. Vous vous êtes élevé par votre  glorieux parcours au statut d’icone politique africaine, au même rang que Mandela. Je voudrais à travers…

Share
Read More

Le Mali a besoin de se confesser pour pouvoir repartir

I-LES FAITS SONT TRES TÊTUS Dans la nuit du 19-20 Aout 1960 la fédération du Mali éclate, les sénégalais se retirent et le président Modibo Keïta quitte précipitamment Dakar. Un mois après il est décidé de créer un Etat souverain. Ainsi la république du Mali voit le jour le 22 Septembre 1960. Le président Modibo Keïta devient le chef d’un Etat isolé. Le Sénégal se méfiait, la Cote d’Ivoire était dans le giron de Jacques Foccart, l’homme du président Charles De Gaulle, le président Ahmed Sékou Touré était toujours fâché…

Share
Read More

La visite de l’Association Malienne de Droit Constitutionnel à la Cour constitutionnelle : une réponse au « vinaigre » infligée à la communauté scientifique

Au seuil de l’année 2019, selon les engagements du gouvernement du Mali, beaucoup de reformes seront en cours notamment la révision constitutionnelle. Pour l’occasion, l’Association malienne de droit constitutionnel (AMDC) dont le Dr. Cheick Amala TOURE  hérité de sa présidence a rendu une visite  de soi-disant  « collaboration » avec son staff à la Cour constitutionnelle le mercredi 26 décembre 2018. A notre grande surprise, cette visite s’est soldée à une opportunité de règlement de compte entre l’institution et les enseignants-chercheurs de la Faculté de droit public. Pour votre information, cette visite…

Share
Read More

Révision constitutionnelle : Comment la partition du Mali se prépare

Il n’y a aucun doute pour ceux qui savent lire entre les lignes : le projet de révision constitutionnelle en cours prépare, s’il ne consacre tout court, la partition du Mali, en ce sens qu’il enterre les articles 97 et 98 de la Constitution du 25 février 1992 sur la libre administration des collectivités. En effet, pendant que ceux-ci disposent respectivement que « Les collectivités territoriales sont créées et administrées dans les conditions définies par la loi » et que les « Les collectivités s’administrent librement par des Conseils élus et…

Share
Read More

Zeidane Ag Sidilamine réagit : ″Les déclarations et interventions du Pr Ali Nouhoum Diallo sont parfois passionnées mais jamais cyniques ou racistes″

L’ancien Président français Monsieur François MITTERRAND parlant du suicide de son Premier ministre démissionnaire Monsieur Pierre BÉRÉGOVOY a eu cette éloquente et magique formule : « Son honneur a été jeté en pâture aux chiens de la République » pointant d’un doigt accusateur les journalistes et les médias de  l’Hexagone. J’ai rencontré le Professeur Ali Nouhoum DIALLO dans le sillage de la signature du Pacte National le 11 avril 1992 à Bamako puis à son domicile au Point G en lui rendant une visite de courtoisie pour saluer son épouse,  une sœur…

Share
Read More

Mali sous IBK : Quand la démocratie manque de support intellectuel

Le Mali aborde l’année 2019, dans un tableau clinique des plus critiques de son histoire. La crise sécuritaire ne faiblit pas loin s’en faut, elle rentre dans une logique d’enlèvements ciblés des enseignants, journalistes, des juges etc., dans les zones infestées. La crise morale révélée par le dossier de « l’éducation sexuelle complète », vient assombrir davantage la mauvaise gouvernance du pays. Le nécessaire dialogue politique est remplacé par le spectacle, l’auto-satisfecit et l’invective d’un chef de gouvernement en panne de vision stratégique. Après les élections présidentielles de 2018 totalement…

Share
Read More